Pourquoi s'installer comme écrivain public?

Se mettre à son compte dans un métier vieux de 4 000 ans presque plus exercé en France pourrait sembler pour le moins original. La Finlande songe même à supprimer l’apprentissage de l’écriture cursive dans ses écoles. Et d’ailleurs, combien d’entre vous ont-ils même déjà entendu parler d’un écrivain public ?

 
 


Au sommaire

  • Quel est le cadre juridique de la profession?
  • En quoi consiste le travail de l’écrivain public?
  • Quels sont les clients de l’écrivain public, conseil en écriture ou rédacteur?
  • Pourquoi payer un service qui peut être gratuit dans certains contextes?
  • En conclusion

Quel est le cadre juridique de la profession?

L'écrivain public n'est:

La profession d'écrivain public ou conseil en écriture n'est pas réglementée

Non réglementée, cela signifie qu’il n’y a pas de diplôme obligatoire pour exercer le métier. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il n’y a pas de règles !

Si cette profession ne fait pas partie de celles qui sont assermentées ou réglementées, elles n’en possèdent pas moins des règles de déontologie très strictes.

A commencer par celle du secret professionnel.
Il est évident que la confidentialité est la première des exigences du métier d’écrivain public. Dans la continuité de cette obligation de discrétion, nous sommes particulièrement vigilants à la protection des données personnelles. Nous avons suivi le MOOC du CNAM sur le RGPD pour vous servir au mieux sur cet aspect. Retrouvez ici les préconisations de la CNIL sur l’accompagnement de publics dans des démarches utilisant leurs données personnelles.

L’assurance professionnelle en responsabilité civile est également une obligation à laquelle tout écrivain public se doit d’obéir. C’est le gage de sérieux et de professionnalisme qui distingue celui qui exerce un métier exigeant et complexe de celui qui apporte un soutien occasionnel et bénévole.

L’éthique sous-tend les règles déontologiques du conseil en écriture. Il est affirmé sans détour par la profession que les demandes non conformes à la loi ou la morale ne peuvent pas être honorées. De même, les requêtes qui relèvent d’une compétence voisine, mais réglementée seront réorientées systématiquement vers les bons interlocuteurs.

Dès qu’il est question de compétence, celle de la formation n’est pas loin. Il est évident que le fait que le métier puisse s’exercer sans diplôme obligatoire ne veut pas dire que la formation n’est pas nécessaire ! Ce qui vient à l’esprit au premier abord c’est la nécessité de maitriser la langue française. C’est une évidence ! Il faut cependant ajouter que les connaissances juridiques et économiques sont un pré-requis indispensable pour apporter les réponses aux demandes qui nous sont faites.

Au côté des compétences acquises lors de formations initiales variées et par l’expérience professionnelle, il s’est développé des propositions d’acquisition de compétences propres au métier d’écrivain public et conseil en écriture. Il existe ainsi à ce jour quelques formations universitaires à suivre à temps plein ou par correspondance.

C’est surtout par le biais d’associations de pairs et de syndicats que les personnes exerçant le même métier tentent de créer des référentiels de compétences et de défendre la qualité de leur travail. C’est l’objet des associations AEPF et GREC et du syndicat SNPE dont vous trouverez les liens en cliquant sur le sigle. Cette liste n’est pas exhaustive, d’autres groupements ont vu le jour ces dernières années.

ici

Fermer le menu